Croatie

CROATIE | Itinéraire de 5 jours en Istrie

Istrie

Après une semaine à découvrir la région de Venise en Italie, nous avons mis le cap sur la Croatie. Pour ce premier voyage en terre croate, nous avons choisi de nous concentrer sur la région de l’Istrie, cette petite péninsule triangulaire  qui se trouve au nord-ouest de la Croatie et qui longe la mer Adriatique. Si Dubrovnik et Split sont devenues des destinations de choix pour les touristes, l’Istrie est encore considérée comme l’un des secrets les mieux gardés du pays. Mais nous n’avons aucun doute qu’elle rivalisera bientôt avec ses consoeurs du sud.

 

Que voir et que faire en Istrie? Voici notre road trip et itinéraire de 5 jours!

 

 

 

1 – ROVINJ 

Rovinj

C’est dans la petite ville côtière de Rovinj que nous avons posé nos valises pour notre séjour en Istrie. Considérée comme l’une des « perles cachées d’Europe », Rovinj est absolument magnifique.

Fondée à l’époque romaine, la ville de Rovinj appartiendra ensuite à la République de Venise (de 1283 à 1797) puis à l’Empire Autro-Hongrois, puis au Royaume d’Italie. Après la Deuxième Guerre mondiale, en 1947 pour être exact, l’Istrie sera cédée à la Yougoslavie puis deviendra officiellement croate avec l’indépendance de la Croatie en 1991. C’est donc cette riche histoire que nous racontent ses ruelles tortueuses et ses édifices de pierre.

Aujourd’hui il s’agit d’une jolie ville de pêcheurs. Les lèves tôt pourront d’ailleurs les voir revenir avec leurs prises du jour.

Envahie par des hordes de touristes en été, Rovinj demeure quasi déserte en hiver. Comme nous y étions en début décembre, la ville était moins vivante que durant la saison estivale. Il y a par contre un certain charme à parcourir une ville dormante.

Vous ne voudrez pas manquer de visiter de la vieille ville et l’église St Eufemija construite en 1736. L’histoire raconte qu’à l’époque romaine, Sainte-Euphémie, alors âgée de 15 ans, aurait été arrêtée et torturée pour avoir refusé de renoncer à sa chrétienté. Dans une histoire un peu nébuleuse, le sarcophage de Sainte-Euphémie serait apparu sur les côtes de Rovinj vers 800. L’église lui a donc été consacrée et on y retrouve encore aujourd’hui ses reliques. Son clocher, bâti sur le même modèle que celui de la place Saint-Marc à Venise, témoigne de la longue histoire que partage la région avec l’Italie.

Où dormir à Rovinj? 

> Nous avons opté pour ce charmant Airbnb en plein coeur de la vielle ville. Il s’agit d’un appartement d’une pièce absolument charmant et à l’odeur divine grâce aux huiles essentielles concoctées par la propriétaire Nataša. Nous avons adoré!

INFOS Pratiques —>  PRIX  À partir de  55€ la nuit   | SITE WEB fr.airbnb.ca/rooms/3080636

 

Rovinj

 

2 – LA CAMPAGNE ISTRIENNE

Grožnjan

Grožnjan

Rappelant la Toscane avec ses oliviers et ses villages perchés au sommet des collines – certains la surnomment même la Toscane croate –  la campagne istrienne est absolument magnifique. Largement rurale – sa plus grande ville, Pula, compte à peine 60 000 habitants – l’Istrie semble avoir gardé une certaine authenticité qu’ont perdue certaines régions toscanes.

Le mieux pour visiter la campagne istrienne c’est la voiture. Il existe un service de transport en commun, mais son horaire et ses itinéraires sont limités. C’est donc avec notre voiture de location que nous sommes partis à l’aventure!

> Nous avons loué notre voiture avec la compagnie Vetura à Rovinj.

 

MOTOVUN

Motovun

 

Motovun est un petit village au patrimoine historique extrêmement riche et où chaque pierre a son histoire. La légende raconte d’ailleurs que Motovun aurait été construite par des géants à partir de pierres recueillies dans la vallée de la rivière Mirna qui se trouve tout près. Aujourd’hui, on peut toujours marcher sur les remparts construits en 1278 (mais aucun signe des géants!).

Fermée aux voitures (sauf pour les résidants), Motovun est parfaite pour passer quelques heures en toute tranquillité. Si en été les rues bourdonnent d’activités – en juillet le village accueil même le Festival du film de Motovun – en décembre, l’endroit est complètement désert. Cela ne l’empêche toutefois pas d’être intéressant. On a particulièrement apprécié les vues magnifiques qu’offre la cité sur les vallées avoisinantes.

 

Où manger à Motovun?

Ce petit village est également reconnu mondialement pour sa richesse culinaire! 

> Konoba Mondo (Barbacan 1, Motovun) – Le célèbre chef Antony Bourdain et le NY Times l’on classé parmi les meilleurs restaurants au monde. Malheureusement pour nous, il était fermé lors de notre visite en décembre.

 

GROZNJAN

Notre coup de coeur va au village de Grožnjan situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Motovun. En plein essor sous l’empire Austro-Hungrois, ce petit village perché à 228 mètres au-dessus du niveau de la mer connait une période difficile après la Deuxième Guerre mondiale alors que bon nombre de ses habitants s’exilent de la toute nouvelle Yougoslavie pour s’établir dans la région de Trieste.

Cherchant à contrer l’exode de ses habitants et faire revivre les édifices tombés à l’abandon, le village devient « village d’art » en 1955. Depuis, les artistes de la région et d’ailleurs s’y rendent chaque été et ses ruelles se transforment en véritables galeries d’art. Ce n’est pas pour rien si l’on surnomme Grožnjan la « cité des artistes ».

Bien sûr, Grožnjan est beaucoup plus tranquille en hiver – les galeries sont presque toutes fermées- , mais le petit village ne perd pas de son charme. Même par temps gris, ces petites ruelles et ses jolies maisons demeurent photogéniques.

3 – À LA DÉCOUVERTE DU TERROIR

Si vous aimez la cuisine italienne, alors vous aimerez celle de l’Istrie également. La différence? Ici vous pourrez en profiter à une fraction du prix de ce que vous payeriez en Italie.

| Alors que faut-il goûter en Istrie? 

Notre première découverte culinaire a été les truffes.  En fait, les forêts d’Istrie regorgent de truffes, ce champignon dont la rareté et le goût raffiné en font l’un des joyaux de la gastronomie. Avant notre séjour en Croatie nous ne connaissions la truffe que de nom. Amateurs de bonne bouffe, nous avons immédiatement sauté sur l’occasion de goûter à cette perle rare (Je vous avoue, entre nous, que c’est l’une des raisons qui m’a fait pencher pour un séjour en Istrie… Ah! Comme le disait si bien le grand poète Obélix : « Quand l’appétit va tout va! »).

Est-ce que les truffes en valaient vraiment le coup (et le coût)? Notre réponse est unanime: Oui! En plus, nous y étions en pleine saison de la truffe blanche: la plus rare et la plus dispendieuse

Mais, ça goûte quoi la truffe, me demandez-vous? Voici la description offerte par Michaël : « ça un goût de noisette, de terre et de choux-fleurs ». Choux-fleurs? Humm… C’est toutefois vrai que le goût de la truffe est difficile à décrire. On parle souvent d’un goût terreux qui rappelle la forêt… Ce qui importe c’est que c’est bon!

Truffe

Ici, tous les restaurants vous serviront des plats à la truffe. C’est toutefois dans la petite ville de Buzet que nous nous sommes rendu pour y goûter. Pourquoi Buzet? Parce que cette ville a été nommée « ville de la truffe ». Si la ville comme telle n’a rien de particulièrement intéressant, les forêts qui entourent Buzet regorgent de truffes blanches et noires.

Où manger de la truffe à Buzet?

Ne quittez pas l’Istrie avant d’avoir goûter aux truffes! 

>  Stara oštarija (Petra Flega 5, Buzet)  – Recommandé par Lonely Planet, ce resto offre un menu dégustation (6 services) à base de truffes à 640KN  pour deux. On y a mangé un plat absolument divin de pâtes aux truffes!

Et pourquoi pas faire vous même la « chasse au truffes »? 

Il existe plusieurs excursions de « chasse aux truffes en Istrie ». Nous n’avons malheureusement pas pu en faire en décembre, mais deux de nos lecteurs recommandent fortement une visite chez Karlic Tartufi à Buzet. 

 

Après les truffes, voici notre second coup de coeur culinaire: l’huile d’olive.

Saviez-vous que la Croatie est reconnue mondialement pour son huile l’olive? Son emplacement géographique et ses terres fertiles font de cette région l’endroit idéal pour y faire pousser des oliviers. Après avoir lu les louanges à l’huile d’olive istrienne, nous ne pouvions faire autrement que d’y goûter.

Nous nous sommes donc mis à la recherche du meilleur endroit pour faire une dégustation d’huile d’olive. Oui, oui, je dis bien dégustation, car comme nous l’avons appris, l’huile d’olive se déguste!  C’est finalement à Chiavalon à Vodnjan tout près de Pula que nous nous sommes rendu. Et laissez-moi vous dire que nous n’aurions pas pu mieux choisir.

Vodnjan

Fermée pour la saison (n’oubliez pas que nous y étions en début décembre), Tedi, l’un des propriétaires, a gentiment accepté de rouvrir sa salle de démonstration et de dégustation juste pour nous! Après nous avoir expliqué l’histoire de son entreprise (une entreprise familiale qu’il a commencée avec son frère), Tedi nous a montré comment distinguer une bonne huile d’olive d’une mauvaise. Et il sait de quoi il parle: son huile d’olive Ex Albis a été nommée parmi les 15 meilleures huiles du monde par le magazine L’Extravergine! Il nous a également fait faire une dégustation de ses meilleures huiles. Un délice! Comment procéder? Il faut d’abord la sentir, puis la goûter, comme pour le vin. Nul besoin de vous dire que nous sommes repartis avec 6 bouteilles!

Infos pratiques | Chiavalon 

SAISON  En été, mais n’hésitez pas à communiquer avec Tedi pour voir s’il peut vous ouvrir ses portes pendant la saison basse. 

PRIX   50KN par personne pour la dégustation 

SITE WEB   www.chiavalon.hr

 

4 – OPATIJA 

Opatija

Surnommée par certains la  » Nice de l’Adriatique », la ville d’Opatija est située sur le flanc est de la péninsule istrienne. Mais on a un petit secret à vous avouer. Opatija n’appartient pas à l’Istrie, mais bien à la province voisine du Kvarner. Néanmoins, il serait dommage de ne pas s’y rendre. D’ailleurs, vous ne serez pas les premiers touristes à y mettre les pieds.

Destination de prédilection sous l’Empire austro-hongrois, Opatija (alors nommée Abbazia) a accueilli, de la moitié du 19e siècle jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale, certain des plus grands noms de la monarchie européenne. Opatija figurait au deuxième rang des villégiatures les plus visitées par l’aristocratie austro-hongroise, surpassée uniquement par la station thermale de Karlovy Vary (maintenant en République tchèque).

Opatija

Carte postale du 19e siècle montrant la Villa Angiolina à Opatija. Crédit photo: Visit Opatija

Mais pourquoi visiter Opatija au 21e siècle? La promenade qui longe le front de mer sur près de 12 km offre des vues imprenables sur la mer Adriatique et sur la ville voisine de Rijeka. Vous pourrez également observer à votre guise les hôtels et les villas qui faisaient sa fierté au 19e siècle. Ne manquez pas la villa Angiolina et son parc, qui sont devenus, depuis 1844, les symboles de l’essor touristique d’Opatija. Reconnue pour son air frais et ses bienfaits thérapeutiques, Opatija est également un endroit idéal pour quiconque souhaite prendre un moment de détente dans l’un de ses nombreux spas.

Opatija

 

5 – PULA 

Pula

La ville de Pula, plus grande municipalité d’Istrie, est d’abord et avant tout connue pour son héritage romain. Cette ville portuaire a en effet été un centre administratif important sous l’Empire romain et en garde aujourd’hui plusieurs vestiges. Pula compte d’ailleurs pas moins d’une dizaine de monuments datant de l’époque romaine. Nos préférés?

> Le petit théâtre romain qu’on retrouve au pied du château et qui semble presque avoir été oublié.

> Les 3 Portes (la Porte d’Hercule, la Porte Géminée et la Porte d’Or) qui rappellent qu’une grande muraille encerclait la ville durant l’Antiquité et une bonne partie du Moyen Âge.

> Le Temple d’Auguste qui a été construit entre l’an 2 av. J.-C. et l’an 14 apr. J.-C. Il conserve encore aujourd’hui une structure quasi intacte.

> L’amphithéâtre, bien évidemment! Construit au 1er siècle, il est aujourd’hui le sixième plus grand amphithéâtre romain toujours existant: il pouvait tenir, à l’époque, jusqu’à 20 000 spectateurs (à titre d’exemple, le Colisée de Rome avait une capacité de 80 000 spectateurs). On l’utilise encore aujourd’hui pour divers événements comme le festival de films de Pula.

Infos pratiques | Amphithéâtre de Pula 

PRIX   50KN par personne 

SITE WEB  www.pulainfo.hr

 

Pula

 Et vous qu’ajouteriez-vous à votre itinéraire en Istrie? 

 

Connaissez-vous la ville de Trieste en Italie?

Elle se trouve à 1 heure à peine de Rovinj.

 


 

Commentez, épinglez et partagez! 

 

 

À très bientôt pour une nouvelle escapade! 

En attendant, venez nous rejoindre sur Facebook, Instagram et Twitter !

Marie & Michaël