Nos coups de coeur, Québec

QUÉBEC | Road-trip de 7 jours en Gaspésie

Lorsque l’occasion s’est présentée pour moi de partir en Gaspésie sans Michaël (qui a épuisé sa banque de vacances avec notre voyage au Vietnam), j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. Pas que j’avais besoin de vacances loin de Michaël, bien au contraire, mais le désir de découvrir ce petit coin du monde qui m’était jusque-là inconnu était particulièrement fort. Mais si j’ai souvent voyagé seule, partir en road-trip sans mon compagnon de voyage habituel était une première pour moi.

Pendant 7 jours, j’ai parcouru plus de 2000 kilomètres seule au volant de ma voiture. Je suis partie à la rencontre d’un territoire où mer et forêt forment un couple parfait; où les habitants avec leurs accents colorés qui me rappellent tellement celui de chez moi m’ont accueillie à bras ouverts; et où j’ai découvert une histoire absolument fascinante.

 

Voici l’itinéraire de mon road-trip en Gaspésie! 

 

PARTIE 1 | PARC NATIONAL DU BIC, RIMOUSKI ET JARDINS DE MÉTIS (2-3 jours)

 

PARC NATIONAL DU BIC 

Visiter la Gaspésie, c’est se plonger en plein coeur d’une nature où l’on retrouve à la fois la mer, les montagnes et la forêt. Ce n’est donc pas surprenant qu’une bonne partie de mon road-trip ait été passé dans des parcs nationaux. Mais pour mon premier arrêt, je triche un peu, car il ne se trouve pas en Gaspésie, eh non! Le Parc national du Bic se trouve plutôt dans le Bas-Saint-Laurent, tout près de Rimouski.

Baie du Ha! Ha!

Situé dans l’estuaire du Saint-Laurent, ce parc est reconnu pour ses paysages côtiers découpés par la mer. Pour ma part, j’ai particulièrement aimé l’union entre mer et forêt qui semble être caractéristique de la région gaspésienne. Ici on a clairement le meilleur des deux mondes.

Pour ma visite, on me recommande plusieurs points de vue intéressants – dont l’Anse à l’orignal et la Baie du Ha! Ha! (aussi accessible en voiture)  – et on me suggère la randonnée Chemin-du-nord qui offre une perspective intéressante de la côte.  En chemin, il est également possible de s’arrêter au salon de thé, La Rose des thés, qui se trouve dans une ancienne maison des années 1920.

J’aurais également aimé apercevoir quelques phoques, l’animal emblématique du parc, lors de ma visite, mais sans succès. On m’a indiqué que la meilleure période pour en voir est vers juillet-août. Faute d’avoir pu voir des phoques, j’ai tout de même croisé sur mon passage une autre espèce très présente dans la région: les maringouins! Et oui, si vous visitez le Parc national du Bic il ne faut surtout pas oublier votre chasse moustique!

 

L’une des magnifiques vues du sentier Chemin-du-Nord

 

 Infos pratiques | Parc national du Bic 
 
Ouvert à l’année, les heures d’ouverture varient selon les saisons. Il faut compter au moins 2-3 heures sur place pour profiter pleinement du parc.
La randonnée Chemin-du-Nord (4km) est facile. Depuis la ferme Rioux, il faut compter environ 1 heure pour en faire le tour. Le blogue Refuse to Hibernate propose également la randonnée Pic-Champlain (6km) qui semble offrir des points de vue magnifiques.
Le Parc propose également des terrains de camping, des tentes Huttopia et des yourtes.
Surtout, n’oubliez pas votre chasse moustique!

PRIX 8,50$ par personne (gratuit pour les moins de 17 ans)

SITE WEB  www.sepaq.com/pq/bic/

 

RIMOUSKI 

Après un moment en nature, j’ai mis le cap sur la ville de Rimouski située à une vingtaine de minutes du Parc national du Bic. Bien sûr, je ne pouvais pas passer par là sans faire un arrêt au Site historique maritime de Pointe-au-père. En arrivant sur les lieux, le magnifique phare de Pointe-au-père nous souhaite la bienvenue. Du haut de ses 33 mètres, il est le deuxième plus haut phare au pays. Il s’agit d’ailleurs d’un site historique important pour l’histoire du Saint-Laurent. Construit en 1909, il a été nommé site historique national du Canada en 1974.

Parc Canada vient tout juste de terminer des rénovations majeures sur le phare et il est a nouveau possible de gravir ses 128 marches pour admirer la vue sur le Saint-Laurent. Et cet été, l’entrée est gratuite avec votre carte d’entrée Découverte de Parc Canada.

Phare de Pointe-au-Père

Le site de Pointe-au-Père comprend également le Musée de l’Empress of Ireland qui présente une toute nouvelle (et magnifique) exposition sur le naufrage de ce paquebot dont l’histoire est intimement liée à celle de la région.  Majestueux et rapide, il s’agissait de l’un des navires les plus populaires de son époque. Ça vous rappel quelque chose? Et oui, l’histoire de l’Empress of Ireland ressemble drôlement à celle du Titanic. Le 28 mai 1914, il quitte le port de Québec en direction de Liverpool avec 1477 passagers à bord. Cette route, il l’a connait bien; il en est à son 192e voyage. Le soir du 29 mai, par un temps brumeux, il fait son arrêt habituel à Pointe-au-Père pour débarquer son pilote, loin de se douter que quelques minutes plus tard il allait sombrer à jamais dans les eaux du Saint-Laurent.

Capitaine Gallant, mon guide, me raconte avec passion les événements du naufrage. Ici pas d’iceberg, mais plutôt un moment de confusion provoqué par la brume. Vers 1h55 du matin, le Storstad, un charbonnier norvégien, heurte le paquebot. Ensuite, tout va très vite, trop vite. En 14 minutes à peine, l’Empress of Ireland coule apportant avec lui 1012 de ses passagers. Il reste aujourd’hui dans l’histoire comme étant le plus grand naufrage au Canada.

Le Musée est absolument fascinant et bouleversant. À travers un parcours immersif, on plonge (presque littéralement!) au coeur de l’histoire tragique de ce paquebot.

Maquette de l’épave de l’Empress of Ireland

Ma visite se termine par un tour à bord du  NCSM Onondaga, un ancien sous-marin de la Marine royale canadienne qui a navigué pendant plus de 30 ans (de 1967 à 2000). Il ne faut absolument pas manquer cette visite, car il s’agit du premier sous-marin accessible au public au Canada. Grâce à un parcours autoguidé, on découvre à quoi ressemblait la vie des 70 hommes qui travaillaient (et habitaient) à bord. Et laissez-moi vous dire que c’était loin d’être facile.

 Infos pratiques | Site historique de Pointe-au-Père
 
Ouvert de juin à octobre. Il faut prévoir au moins 1-2 heures pour faire le tour du site. 
Et saviez-vous qu’il est possible de passer la nuit à bord de l’Onondaga? Il s’agit d’une expérience complètement immersive pour ceux qui ne souffrent pas de claustrophobie! Offert en été les mardis et vendredis sous réservation seulement.

PRIX 22$ par personne pour la visite du Musée et du sous-marin. 

SITE WEB  www.shmp.qc.ca

 

JARDINS DE MÉTIS 

Reconnus comme l’un des plus grands jardins en Amérique du Nord, les Jardins de Métis ont été mon premier arrêt 100% gaspésien. Ici, plus de 3000 espèces et variété de plantes sont réparties dans une quinzaine de jardins. Vous pouvez donc imaginer l’explosion de couleurs et d’odeurs qui nous accueillent.

Fondés en 1926 par Elsie Reford (1872-1967), une Montréalaise dont la maison d’été se trouvait à Grand-Métis, les jardins ont été ouverts au public en 1962. Au départ, Elsie n’était pas adepte de jardinage. Elle se rendait régulièrement en Gaspésie pour y pêcher le saumon. Toutefois, en 1926, à l’âge de 54 ans, elle subit une intervention chirurgicale qui l’empêche de pratiquer des activités exigeantes. Son médecin lui suggère alors l’horticulture. Prenant le conseil à la lettre, elle entreprend la construction de ces jardins qui deviendront l’oeuvre de sa vie.

Une visite aux Jardins de Métis c’est donc replonger dans le rêve d’Elsie Reford.  À travers ses jardins, on découvre un monde où les fleurs sont les vedettes. Mes préférés? Le pré fleuri avec ses centaines de fleurs sauvages et le jardin des ruisseaux. Et saviez vous que depuis 2000 les jardins accueillent chaque année le Festival international de jardins? Ce festival présente des jardins contemporains imaginés et créés de toutes pièces par des architectes paysagistes du monde entier. Il s’agit du plus grand festival de ce genre en Amérique du Nord.

Pré fleuri

Mon grand COUP DE COEUR va toutefois au restaurant de la Villa Estevan. Construite en 1887, la Villa Estevan se trouve au coeur des jardins et abrite aujourd’hui des salles d’exposition et un restaurant. Grâce au chef Pierre-Olivier Ferry, j’ai découvert un nouveau monde, celui des fleurs comestibles. À partir de fleurs et de plantes fraichement cueillies dans les jardins, il propose un menu qui met en vedette une panoplie de saveurs nouvelles qui, à elles seules, valent le détour jusqu’à Grand-Métis. La vedette: la cuillère de floraison, une mise en bouche qui vous permet de goûter les saveurs du jardin au moment présent. Imaginez goûter à plus de 15 fleurs en une seule bouchée! Mais je dois dire que tout ce que j’ai goûté ici était divin… Il s’agit sans doute de l’une des meilleures adresses au Québec (peut-être même au Canada!).

Salle à manger du restaurant de la Villa Estevan

 

 Infos pratiques | Jardins de Métis
 
Ouvert de juin à octobre. Il faut prévoir de 1h30 à 3 h pour la visite des jardins. 
Et bien sûr, n’oubliez pas de vous arrêter au restaurant de la Villa Estevan pour goûter aux chefs d’oeuvres du chef Pierre-Olivier Ferry. Ouvert uniquement pour le dîner (déjeuner pour les Français!).

PRIX 20$ par personne 

SITE WEB  www.jardinsdemetis.com

 

 Où dormir dans le Bas-Saint-Laurent? 
 
Domaine Floravie
J’ai adoré le Domaine Floravie avec ses jolies mini-maisons aux couleurs de l’arc-en-ciel situées aux abords du fleuve Saint-Laurent. Ces petits chalets écologiques offrent un havre de paix idéal à quelques minutes à peine du Parc national du Bic. Une adresse à ne pas manquer! On vous donne tous les détails ici.

PRIX À partir de 140 $ la nuit en occupation simple ou double selon la saison (minimum 2 nuits). Les réservations doivent être faites par téléphone. Il faut prévoir 20 $ par jour par personne supplémentaire (6 ans et +). Le séjour est gratuit pour les enfants de moins de 5 ans.

SITE WEB  www.domainefloravie.com

 

 Quelques bonnes adresses dans le Bas-Saint-Laurent  
> Les Affamés (138 Sainte-Cecile-Du-Bic, Le Bic) : Un charmant petit resto situé au centre Du Bic. Ils offrent, entre autres, une poutine aux chanterelles bicoises! Mmmm!
> La Réserve (150 ave de la Cathédrale, Rimouski) :  Ce bistro situé à deux pas de la cathédrale de Rimouski sert un menu avec des produits de la région.
> Chez Saint-Pierre (129 Rue du Mont Saint Louis, Le Bic) : À ce qu’il parait, cette adresse est un incontournable dans la région! 

> Restaurant de la Villa Estevan (Jardins de Métis) : Pour toutes les raisons mentionnées plus haut!

 

 

PARTIE 2 | BAIE DES CHALEURS (1-2 jours)

BONAVENTURE 

La région de la baie des Chaleurs est la région où je me suis le plus sentie « à la maison ».  C’est sans doute parce que de l’autre côté de la baie se trouve ma province natale, le Nouveau-Brunswick. C’est sans doute aussi parce qu’ici j’ai retrouvé mes cousins acadiens du Québec. Eh oui, au Québec aussi il y a des Acadiens. En fait, on estime que près de la moitié des Québecois ont au moins un ancêtre d’origine acadienne. Saviez-vous que Maurice Richard et Jean Béliveau étaient de descendance acadienne?

Fuyant la déportation (on vous raconte la déportation des Acadiens ici), plusieurs Acadiens se sont établis en Gaspésie, et plus précisément à Bonaventure, à partir de 1760. Impossible de passer par la région sans m’arrêter un moment au Musée acadien du Québec.

Musée acadien du Québec

 Infos pratiques | Musée acadien du Québec 
Ouvert toute l’année, ce Musée retrace l’histoire des Acadiens du Québec de leurs origines jusqu’à nos jours. 
PRIX 12$ par personne

 

PASPÉBIAC 

Pour continuer sur ma petite lancée historique, je me suis arrêtée au Site historique national du Banc-de-pêche-de-Paspébiac. Sans vouloir faire de jaloux, je dois avouer que c’est ici que j’ai rencontré les Gaspésiens les plus adorables de tout mon road-trip! En l’espace de 30 secondes, j’ai eu l’impression de retrouver des amis de longue date.

Construit en 1783 par Charles Robin, un entrepreneur originaire de l’île anglo-normande de Jersey,  le Banc de pêche de Paspébiac a joué un rôle primordial dans l’histoire de la région. Ce qu’il faut savoir c’est que pendant plus d’un siècle des familles jersiaises, les Robins et les Lebouthillier, ont eu le monopole sur la pêche à la morue dans la région de la Gaspésie et du Nouveau-Brunswick, bien souvent au détriment des pêcheurs. C’est ici, à Paspébiac, qu’ils ont établi le « siège social » de la compagnie portant leur nom. Ils y faisaient l’entreposage et le séchage de la morue, mais c’est aussi ici qu’étaient entreposés tous les produits qu’ils vendaient dans leurs magasins.

Entrepôt Lebouthillier

Des 70 bâtiments d’origine, seule une dizaine ont survécu à l’incendie qui a éclaté en 1964. À notre grand bonheur, l’entrepôt Lebouthillier est toujours debout. Cette imposante structure est une véritable « cathédrale de la pêche » pour reprendre les mots de Thomas Martens, le directeur général du site, qui m’en a gentiment fait faire la visite. À lui seul, l’entrepôt vaut le détour. Mais une visite au Banc-de-pêche de Paspébiac c’est bien plus que ça. C’est la rencontre avec des gens absolument merveilleux!

 Infos pratiques | Site historique nationale du Banc-de-pêche-de-Paspébiac
Ouvert de juin à septembre. Le site compte également un restaurant qui propose des poissons et fruits de mer locaux.  

PRIX 12$ par personne

SITE WEB www.shbp.ca

 

 D’autres activités à faire dans la région 

La région de la baie des Chaleurs propose plusieurs activités plein air que je n’ai malheureusement pas eu la chance d’essayer. Parmi ceux-ci, j’ai noté les descentes de la rivière Bonaventure en canoë offertes par Cime aventures. Il est possible de partir avec ou sans guide pour des périodes allant de quelques heures à plusieurs jours.

Descente en canoë sur la rivière Bonaventure

Au Parc national de Miguasha, près de Carleton-sur-Mer, vous partirez sur les traces des premiers vertébrés terrestres. La falaise fossilifère du parc, classée patrimoine mondial de l’UNESCO, en fait l’un des meilleurs endroits au monde pour découvrir des poissons fossiles de la période Dévonien. Le Parc possède d’ailleurs un spécimen d’Elpistostege watsoni (Elpi pour les intimes!) qui pourrait être le poisson le plus apparenté à l’Humain jamais découvert sur la planète.

J’ai également eu la chance de faire une visite rapide au Bioparc de Bonaventure, un parc animalier qui propose aux visiteurs une expérience éducative à la découverte des animaux de la faune québécoise. Vous y croiserez loutres, orignaux, loups, ours noir et bien plus. Petit conseil par contre, le meilleur moment pour voir les animaux est pendant leur repas (voir les heures ici)!

 

 Où dormir dans la baie des Chaleurs? 

Hostellerie Baie Bleue
Située à Carleton-sur-Mer l’Hostellerie Baie Bleue offre des chambres fraichement rénovées et très confortables. J’ai particulièrement apprécié le balcon avec vue sur la baie des Chaleurs. L’hôtel comprend un restaurant et propose un déjeuner buffet à 16,10$.

PRIX À partir de de 129$ pour une nuit.

SITE WEB  baiebleue.com/


Cime aventures 

Pour une option un peu moins conventionnelle, Cime aventures (à Bonaventure) proposent plusieurs types d’hébergements insolites qui vont des tipis jusqu’aux écolodges sur pilotis.

SITE WEB  www.cimeaventures.com

 

 Quelques bonnes adresses dans la Baie des Chaleurs
> Microbrasserie Le Nauffrageur (586 boul. Perron, Carleton-sur-Mer)  : Bières et menu aux saveurs locales. 
> Poissonnerie du Pêcheur (230 route 132, Bonaventure) : Vous ne trouverez pas de poissons plus frais qu’à la poissonnerie du pêcheur! 
> Café Acadien (168 rue de Beaubassin, Bonaventure) :  Situé dans une ancienne pêcherie, ce petit café propose un menu aux saveurs de la mer.
> La Chope à soupe (124 B ave Grand-Pré, Bonaventure): De la soupe, toujours de la soupe!  

PARTIE 3 | PERCÉ (1-2 jours) 

PARC NATIONAL DE L’ÎLE-BONAVENTURE-ET-DU-ROCHER-PERCÉ 

On ne se le cachera pas, le Rocher Percé, c’est la perle de la Gaspésie. Impossible de rester indifférent devant ce chef-d’oeuvre de la nature qui veille sur la péninsule gaspésienne depuis plus de 300 millions d’années. Pas surprenant qu’il soit devenu l’emblème touristique du Québec. Impossible donc de passer par la Gaspésie sans faire un tour du côté du Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé. Mais ce parc, c’est bien plus que le Rocher.

Le célèbre Rocher Percé

À 9h00 pile, je monte à bord du premier bateau de la journée à quitter le quai de Percé. Il y a de la fébrilité dans l’air. Nous sommes des dizaines à vouloir admirer le célèbre Rocher de plus près. La balade en bateau (environ 1 heure) nous fait voir le Rocher sous tous ses angles, mais il nous fait également faire le tour de la petite Île Bonaventure reconnue pour sa colonie de fous de Bassan, ces oiseaux marins qui y ont élu domicile. Les employés de la SÉPAQ qui se trouvent à bord nous expliquent toutefois que l’île abrite pas moins de 224 espèces d’oiseaux marins. C’est donc quelque 350 000 oiseaux qui peuplent l’île.

L’Île Bonaventure a aussi une riche histoire de pêche. En fait, il s’agit de l’un des premiers sites de pêche saisonnière en Nouvelle-France. Pendant plusieurs années, il a également été la propriété de la pêcherie anglo-normande Le Boutillier Brothers. À mon grand bonheur, il reste encore aujourd’hui quelques maisons de l’époque.

Magnifique paysage sur l’Île Bonaventure

Mais si on se rend sur l’île, c’est bien sûr pour admirer la colonie de fous de Bassan qui y habite. Quatre sentiers permettent de rejoindre le plateau où ils ont élu domicile. Ils sont d’ailleurs plus de 100 000 fous de Bassans à revenir sur l’île chaque été pour la période de reproduction. En s’en approchant, on entend d’abord leurs cris… imaginez-vous 100 000 oiseaux qui crient en même temps! Puis, on les aperçoit bien installés sur leur nid. Peu d’endroits au monde permettent de voir une colonie aussi grande de si près. Et laissez-moi vous dire que le spectacle est absolument magnifique. Dans tous mes voyages, je n’ai jamais rien vu de tel. Il s’agit d’un incontournable si vous passez par la Gaspésie!

Colonie de fous de Bassan sur l’Île Bonaventure

 

 Infos pratiques | Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé
 
Ouvert de mai à octobre. Pour pleinement profiter de votre visite sur l’Île Bonaventure, je vous conseille d’y passer la journée.
Deux compagnies font le trajet en bateau entre le quai de Percé et l’Île Bonaventure (les trajets sont les mêmes pour les deux compagnies) : Les Bateliers de Percé  et Les Croisières Julien Cloutier
Et surtout, surtout, ne manquez pas la célèbre soupe au poisson du restaurant des Margaulx situé sur l’Île. La meilleure que j’ai goûtée à ce jour!

PRIX 8,50$ par personne pour l’entrée dans le Parc (gratuit pour les moins de 17 ans) + 35$ pour la croisière (qui vous apporte aussi sur l’Île Bonaventure). 

SITE WEB  www.sepaq.com/pq/bon/

 

GÉOPARC DE PERCÉ 

Avant de quitter Percé, il faut aussi aller faire un tour du côté du Géoparc avec sa toute nouvelle plateforme vitrée suspendue. Inaugurée le 23 juin dernier, le jour même de ma visite, cette plateforme, perchée à 200 mètres d’altitude, offre une vue à couper le souffle sur Percé et son rocher. Mais attention, il ne s’agit pas d’une plateforme ordinaire, oh que non!  Tout au bout, sous vos pieds, une section vitrée vous donne l’impression de flotter au-dessus de la cime des arbres. Mieux vaut ne pas avoir le vertige!

Située au sommet du Mont Sainte-Anne, la plateforme est accessible à pied par le sentier des Belvédères ou grâce à la toute nouvelle navette du Géoparc. À partir de la fin juillet, il sera également possible de redescendre grâce à une tyrolienne de 250 mètres.

La toute nouvelle plateforme suspendue du Géoparc de Percé

Le Géoparc propose également plusieurs autres activités en lien avec l’histoire géologique de la région. La région de Percé est d’ailleurs très intéressante d’un point de vue géologique. On y retrouve des roches sédimentaires qui se sont formées il y a des millions d’années. Les divers sentiers de randonnée du Géoparc permettent de mieux comprendre comment ces roches ont fasciné le paysage.

Et pour nous expliquer tous ces phénomènes géologiques, le Géoparc, en collaboration avec la firme montréalaise XYZ Technologie, ont mis sur pied Tektonik, une expérience multimédia qui mélange géologie, histoire et technologie.

Dans la foret magique du Géoparc

 

 Infos pratiques | Géoparc de Percé 
La plateforme suspendue  est ouverte du printemps jusqu’en octobre.  Vous trouverez tous les détails sur les heures d’ouverture ici
Le Géoparc propose également plusieurs terrains de camping ainsi que des tentes « prêt-à-camper » en plein coeur de Percé.
PRIX 29$ pour le forfait  Tektonik + plateforme + tyrolienne.

 

 Où dormir à Percé? 

Riôtel Percé 
Situé sur le bord de l’eau, le Riôtel Percé offre une vue magnifique sur le Rocher Percé et sur l’Île Bonaventure.  Que vous soyez au restaurant, sur la terrasse ou dans votre chambre, la mer est partout. Surtout n’oubliez pas de demander une chambre côté mer!
PRIX À partir de de 129$ pour une nuit.

SITE WEB  www.riotel.com

 

 Quelques bonnes adresses à Percé
> Microbrasserie Pit Caribou (182 route 132, Percé) : L’endroit parfait pour une soirée décontractée à Percé. 
> Paqbo (261 route 132, Percé) : Le restaurant de l’hôtel Riôtel propose un menu intéressant aux saveurs gaspésiennes. 
> La Maison du Pêcheur (155 place du Quai, Percé) : Malheureusement fermé lors de ma visite, je n’ai entendu que du bien au sujet de ce restaurant.  

PARTIE 4 | GASPÉ  (1-2 jours) 

PARC NATIONAL DE FORILLON 

Et si je vous disais que j’ai trouvé le bout du monde! Oui, oui, le bout du monde! J’y ai vu des baleines, des phoques et des oiseaux marins. J’y ai  même croisé quelques Français venus eux aussi contempler l’endroit où la terre se termine. Vous ne me croyez pas? Eh bien il faudra que vous vous arrêtiez au Parc national de Forillon pour le voir de vos propres yeux! D’ailleurs, saviez-vous que le mot Gaspésie vient du terme micmac Gespeg qui signifie « fins des terres »

Situé à une vingtaine de minutes du centre-ville de Gaspé, le Parc national de Forillon s’étend entre le golf Saint-Laurent et la baie de Gaspé. Avec ses anses, ses grottes et ses falaises abruptes, le parc offre des points de vue tout simplement incroyables.

Au centre d’information, on me propose de me rendre au Cap-Gaspé par le sentier Les Graves: c’est là que je trouverai le célèbre bout du monde, me dit-on! J’enfile donc mes souliers de marche et je prends mes airs d’exploratrices pour partir à la découverte. En longeant la côte, je me laisse bercer par le bruit des vagues qui frappent les falaises. En chemin, je croise un petit porc-épic qui ne semble pas trop se soucier de ma présence. On m’a avertie qu’il y avait des ours noirs dans les environs, mais heureusement je n’en croise aucun. Ils sont peut-être mignons, mais je n’ai pas tellement envie de me retrouver face à face avec un ours aujourd’hui (ou jamais!).

Au bout de 4 kilomètres de marche, j’arrive finalement au bout du monde et la vue est tout simplement « wow »! Au loin, j’entends le souffle des baleines qui viennent me saluer. Tout près, j’observe un petit phoque qui nage tranquillement. Le bout du monde, c’est tout simplement magique!

Une fois la randonnée terminée, je reprends la voiture et je file vers le Cap-Bon-Ami. Ici, un escalier nous permet de descendre sur la plage et admirer les majestueuses falaises. Avec un peu plus de temps, j’aurai bien aimé pouvoir monter le Mont Saint-Alban pour profiter de la tour d’observation qui offre certainement une vue exceptionnelle sur la péninsule. Ce n’est que partie remise!

 Infos pratiques | Parc national de Forillon 
Pour bien profiter du parc, je vous conseille d’y passer au moins 1 journée (2 jours c’est l’idéal!).
La randonnée Les Graves (8 km)  est plutôt facile. Il faut prévoir au moins 2 heures à 3 heures pour l’allée-retour. Avec un peu plus de temps, j’aurais aussi aimé faire la randonnée du Mont-Alban (7.2 km). Petit conseil, pour le Mont-Ablan la montée du côté de la plage de Petit-Gaspé est moins abrupte.
Sur place, il est également possible de faire plusieurs activités comme une croisière d’observation de baleines, du kitesurf ou encore du kayak de mer.

PRIX Comme il s’agit d’un parc de Parc Canada, l’entrée est gratuite en 2017.

SITE WEB  www.pc.gc.ca/fr/pn-np/qc/forillon

 

 D’autres activités à faire dans la région de Gaspé
Pour les amoureux d’histoire, une visite au Musée de la Gaspésie est de mise. Ici  vous ferez un « tour de la Gaspésie » à travers son histoire, de ces premiers habitants jusqu’à nos jours. J’ai particulièrement apprécié leur toute nouvelle exposition qui, grâce à la réalité virtuelle, nous apporte à bord de la Gaspésienne no. 20, un authentique bateau de pêche à la morue.

PARTIE 5 | HAUTE-GASPÉSIE (1-2 jours) 

 

 Quelques arrêts sur la route 
Le tronçon de la route 132 qui sépare Gaspé de Sainte-Anne-des-Monts est de loin le plus beau de tout mon road-trip. Vous voudrez sans doute vous arrêter à tous les 5 kilomètres pour prendre des photos. Voici quelques endroits qui valent le détour:
Arrêtez-vous d’abord au phare de la Pointe-à-la-Renommée situé à la toute fin d’un long chemin de terre. Non seulement la vue est-elle magnifique, mais l’histoire de ce phare et de sa station Marconi est absolument fascinante.
J’ai également eu un énorme coup de coeur pour le phare de La Martre (celui sur la photo de couverture), qui est toujours en fonction aujourd’hui. Et n’oubliez pas de monter sur le balcon pour admirer la vue!
 

 

PARC NATIONAL DE LA GASPÉSIE 
Dernier arrêt de mon road-trip, le Parc de la Gaspésie m’a permis de voir un tout autre côté de la Gaspésie. Ici, la mer a cédé sa place aux montagnes et à la forêt. Ce ne sont plus les baleines que l’on souhaite apercevoir, mais les orignaux, les grandes vedettes du parc. J’ai presque l’impression d’être entrée dans un autre monde, loin de celui que j’ai traversé ces derniers jours. La Gaspésie n’a certainement rien à envier au reste du Canada. Ici, avec la mer, les montagnes et la nature sauvage, on a le meilleur des mondes.

Lac aux Américains

Créé en 1937, il s’agit du deuxième plus vieux parc du Québec. En le traversant, on comprend rapidement ce qui fait sa popularité. Deux ensembles montagneux couvrent le territoire du parc: les monts Chic-Chocs à l’ouest et les monts McGerrigle à l’est. Le climat qu’on y retrouve fait en sorte que sa faune et sa flore rappellent l’Arctique. J’ai d’ailleurs pu apercevoir au loin un sommet enneigé en plein mois de juin.
Pendant ma visite, j’ai eu la chance de faire deux randonnées très différentes, mais aussi belles l’une que l’autre. La première celle du Lac aux Américains nous mène jusqu’au lac du même nom. Installée au bout du petit quai, j’en ai pris plein la vue avec ce paysage à couper le souffle. J’ai même eu droit à la visite d’un petit castor dont le barrage se trouvait tout prêt.
Pour ma deuxième randonnée, j’ai décidé de gravir le Mont Ernest-Laforce. Nommé en l’honneur d’un journaliste et colonisateur de la région qui, entre 1900 et 1940, a collaboré à la fondation de plusieurs paroisses, ce sentier a été l’un de mes grands coups de coeur de mon road-trip. Au sommet, la vue est tout simplement sublime. On y aperçoit quelques-uns des plus hauts monts de la région, dont les monts Jacques-Cartier et Albert. Si vous êtes chanceux, vous croiserez peut-être même quelques originaux, malheureusement très (trop!) timides lors de mon passage. Un travailleur du parc m’a dit que le meilleur moment pour les apercevoir était à la tombée du jour. Selon lui, on peu parfois en croiser jusqu’à 20!

Mont Ernest-Laforce

 

 Infos pratiques | Parc national de la Gaspésie 
Je vous conseille de passer au moins une journée complète au Parc national de la Gaspésie (deux c’est encore mieux!) 
La randonnée du Lac aux Américains (2,6km) est très facile. Il faut compter environ 1 heure pour faire le trajet allée-retour. La randonnée du mont Ernest-Laforce (4,5 km) est classée intermédiaire. J’ai pris environ 2 heures à en faire le tour.
Le Parc propose également terrains de camping, tentes Huttopia et refuges.

PRIX 8,50$ par personne (gratuit pour les moins de 17 ans)

SITE WEB  www.sepaq.com/pq/gas/

 

D’autres activités à faire dans la région de la Haute-Gaspésie 
Si comme moi vous êtes amoureux des produits de la mer, alors vous ne voudrez pas manquer une visite chez Exploramer, un centre d’interprétation axé sur le milieu marin du Saint-Laurent. L’exposition « Jardin sous mer » présente une collection vivante de poissons et d’organismes marins. Vous avez envie de toucher à un concombre de mer? Ici c’est possible! De juin à août, on propose également des sorties en mer pour familiariser les visiteurs avec les techniques de pêche et la biologie marine du Saint-Laurent.
J’ai particulièrement été intriguée par l’appellation « Fourchette bleue » lancée en 2009 par Exploramer. En gros, il s’agit d’une certification qui encourage les restaurants et les poissonneries à offrir des saveurs méconnues parmi les nombreuses espèces comestibles du Saint-Laurent, dans une perspective de développement durable et de protection de la biodiversité.

 

 Où dormir dans la Haute-Gaspésie? 

Gîte du Mont-Albert
Situé  en plein coeur du Parc de la Gaspésie, le Gîte du Mont-Albert est un endroit absolument charmant où terminer votre séjour en Gaspésie. Réputé pour son hospitalité et sa cuisine aux saveurs du terroir, ce gîte, classé 4 étoiles, est un véritable havre de paix. Entre la piscine et la randonnée, vous ne voudrez plus le quitter. Ouvert en 1950, l’endroit a d’ailleurs gardé un certain charme d’antan. Je décrirais l’endroit comme un grand chalet douillet en plein coeur des montagnes.
Le gîte compte un restaurant et un bar.
PRIX À partir de 175$ pour une nuit.

 

 

Vous en voulez plus? 

Allez lire nos autres articles sur le Québec ici.

 

Alors votre visite en Gaspésie c’est pour quand?

 

 

 

Commentez, épinglez et partagez! 

 

 

 

 

 

À très bientôt pour une nouvelle escapade! 

En attendant, venez nous rejoindre sur Facebook, Instagram et Twitter !

Marie & Michaël

 

 

 


Pour cette visite nous avons été les invités de Québec Maritime. Nous remercions Québec Maritime et ses partenaires pour leur accueil.   Les opinions restent bien sûr 100% les nôtres!